Résultats d’une étude réalisée sur les « pratiques anormales » empêchant la mise en œuvre effective du protocole sur la libre circulation des personnes et des biens aux postes frontaliers Togo-Bénin, Togo-Ghana et Togo-Burkina Faso

Le projet « Promotion d’une citoyenneté communautaire à travers la sensibilisation sur la carte d’identité biométrique et la lutte contre les tracasseries aux postes frontaliers du Togo» est mise en œuvre par le Groupe de réflexion et d’action Femme, Démocratie et Développement (GF2D) en partenariat avec l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) avec un financement de l’Union européenne et la Commission de la CEDEAO.

C’est dans ce cadre d’une étude de référence sur les pratiques anormales empêchant la mise en œuvre effective du protocole sur la libre circulation des personnes et des biens aux postes frontaliers Togo-Bénin, Togo-Ghana et Togo-Burkina Faso a été réalisée et validée le 14 Août 2017.

 

 Télécharger ici

Le GF2D lutte pour la libre circulation des personnes et des biens

Lomé, le 31 juillet 2017. Le Groupe de réflexion et d’action Femme, Démocratie et Développement (GF2D) a le plaisir d’informer les autorités ministérielles, les organisations de la Société Civile, les Officiers d’Etat civil, les parajuristes et le grand public qu’il organise un atelier de validation de l’Etude sur les « pratiques anormales » empêchant la mise en œuvre effective du Protocole sur la libre circulation des personnes et des biens aux postes frontaliers  Togo – Bénin, Togo-Ghana et Togo-Burkina Faso  le 14 Août 2017 à la Médiathèque Jean Apôtre .

Lancement du Programme d'autonomisation des filles

Les violences en milieu scolaire constituent l’une des manifestations de la discrimination basée sur le genre. Ces violences vont des châtiments corporels, aux brimades en passant par les violences sexuelles (harcèlement sexuel, viol, intimidation…).

Au Togo, 25,2% des filles de 20 à 29 ans se sont mariées avant l’âge de 18 ans et 8,1% des femmes de 20 à 49 ans se sont mariées avant l’âge de 15 ans. Sur 100 filles de 15 à 19 ans, environ 17 ont déjà donné naissance ou porté une grossesse. La précocité des relations sexuelles involontaires, la fragilité de l’adolescence, le manque de communication parents - enfants, les pratiques culturelles, la vulnérabilité psychologique des jeunes filles sont entre autres les causes de ces phénomènes. Et, ces actes loin de favoriser l’épanouissement de la jeune fille la traumatise et hypothèquent son avenir. Les violences limitent l’éducation de la jeune fille et ses capacités d’exceller dans le domaine socio-professionnelle, elle perd l’estime de soi et est exposée aux grossesses précoces, à l’avortement clandestin.

Plus d'articles...