Forum Régional « Les Enjeux de la Décentralisation et de la Gouvernance locale : La Place de la Femme »

La décentralisation est au cœur du mouvement des réformes institutionnelles et de démocratisation qui ont cours sur le continent africain notamment dans la sous-région-ouest africaine. En effet, elle conditionne à la fois le développement local, la lutte contre la pauvreté, le  rapprochement des services publics des citoyens, ainsi que celui de l’État des citoyens  et la bonne gouvernance administrative.

Malheureusement, le constat est que les femmes qui représentent plus de cinquante pour cent de la population togolaise sont peu présentes dans les instances de prise de décision aussi bien nationales que  municipales. Elles ont donc peu d’influence sur les décisions politiques qui touchent à leur vie quotidienne. La faible participation des femmes à la gouvernance locale ne permet donc pas un développement local et national sensible au genre.

Et pourtant, la participation des femmes à la gestion de la chose publique constitue non seulement un droit fondamental mais aussi un véritable enjeu de développement des communautés.  C’est ainsi que des mesures sont prises en vue de la participation de la femme à la prise de décision. Au nombre des stratégies figure en premier place l’éducation et la formation des femmes. En effet, il est important d’outiller les femmes à s’investir dans la gouvernance au niveau local, national et régional.

C’est dans ce cadre que le GF2D a organisé en partenariat avec  la Fondation Hanns Seidel, un forum régional de deux jours sur « les Enjeux de la Décentralisation et de la Gouvernance locale : La Place de la Femme » auquel prendront part  des femmes de la sous-région ouest africaine (Togo, Bénin et Burkina Faso).

L’objectif principal du forum est de contribuer à une meilleure participation des femmes à la vie publique et politique aux niveaux local et national et international, et  plus spécifiquement il s’agit de :  (i)Faciliter des échanges d’expériences entre les femmes togolaises et celles des pays de la sous-région sur la participation de la femme à la gouvernance locale; (ii) Susciter davantage d’engagement politique de qualité chez les femmes de sorte à assurer leur pleine participation à la décentralisation et au développement local; (iii) Favoriser une prise de conscience collective sur les enjeux de la participation des femmes à travers des stratégies variées de communication.

 

 

Télécharger ici