Bienvenue sur notre site

Atelier d’échanges sur la gestion axée sur des résultats

Le GF2D, la Colombe ainsi que les volontaires de CI au Togo ont participé les 19 et 20 juillet 2017 à un atelier d’échanges sur la gestion axée sur des résultats dans la salle de formation du siège du GF2D. La formation a été assurée par Moustapha Ali Liman, agent de suivi-évaluation à Carrefour International. Au Total treize personnes ont pris part aux échanges dont quatre personnes provenant du GF2D, quatre de la Colombe et cinq volontaires de CI.

 

Les échanges du premier jour ont porté sur les points suivants : (i) Qu’est-ce que la gestion axée sur les résultats – GAR, (ii) Qu’est-ce que les résultats ? , (iii) Le modèle/cadre logique ? (iv) Formulation des énoncés de résultats, (v) Indicateur de rendement, (vi) CMR – cadre de mesure du rendement.

Le 20 juillet 2017, les travaux ont démarré avec un récapitulatif de la formation reçue la veille suivi d’échanges qui ont porté sur les points suivants : le remplissage du canevas de rapportage des partenaires locaux et volontaires CI.

 

Contenu des échanges

*    Qu’est-ce que la gestion axée sur les résultats – GAR

La GAR vise la transformation et le changement.  La gestion axée sur les résultats est une approche cyclique de gestion qui tient compte à la fois de la stratégie, des personnes, des ressources, des processus et des mesures, de manière à améliorer la prise de décision, la transparence et la responsabilisation.

Elle mise sur:

·        L’atteinte des résultats

·        l’approche du CAD-OECD

·        l’Analyse appropriée pour définir des résultats attendus

·        le Suivi des résultats avec indicateurs (processus participatif)

·        l’Accroissement des connaissances et tirer conclusion des erreurs pour faire des Ajustements au projet, pour améliorer les programmations des projets/ Interventions à venir

Elle préconise l’implication des bénéficiaires  et la participation de tous les acteurs.

 

*     Qu’est-ce que les résultats ?

Un résultat est un changement d’état descriptible ou mesurable qui découle d’une relation de cause à effet.

 

La notion de changement qui implique une transformation visible dans le groupe, dans l’organisation ou dans la société (amélioration des conditions de vie, accroissement de revenus, renforcement des capacités, réduction de la pauvreté, transformation dans les comportements).

 La notion de causalité qui illustre le lien de cause à effet entre une action et les résultats qui en découlent.

Il fait ressortir la notion du changement (transformation visible) ainsi que celle de causalité (lien de cause à effet) à travers la réponse aux questions suivantes

·        Le QUI ? à qui le projet profite

·        Le QUOI/Pourquoi (Par contre le pourquoi, ne vient pas dans l’énoncé des résultats)?

·        Le Quand? Date de réalisation

·        Le Comment?

·        Le Où? le lieu du déroulement

 

*    Le modèle/cadre logique ?

Le modèle logique ou la chaine des résultats est une représentation des relations de cause à effet entre les intrants, les activités, les extrants et les résultats d'une politique, d'un programme ou d'un investissement quelconque.

Une chaine des résultats comporte six niveaux (intrants, activités, extrants, résultats immédiats, résultats intermédiaires et résultat ultime), chacun représentant une étape distincte dans la logique de cause à effet d'une politique, d'un programme ou d'un investissement. Les trois niveaux du bas (intrants, activités et extrants) décrivent COMMENT un investissement sera réalisé tandis que les trois niveaux du haut (résultats) représentent les CHANGEMENTS réels qui se produisent, c'est-à-dire les RÉSULTATS DE DÉVELOPPEMENT

 

*    Formulation des énoncés de résultats

L’énoncé de résultats sert à déterminer ce qu’une politique, un programme ou un investissement devrait permettre d’obtenir, il décrit le changement qui découle de la contribution de la politique…

 

Une seule idée forte doit ressortir dans un énoncé de résultat.

Dans le résultat on ne met ni le chiffre, ni le nombre, ni le taux du cible. Par exemple le nombre ou des chiffres (300

Personnes).

 

*    Indicateur de rendement

On ne met pas d’indication comme « augmentation ou réduction ». Par contre, on peut Mettre un taux dans l’indicateur (indicateur qualitatif ou quantitatif, mais pas les deux à la fois).

Le diagnostic de départ doit être documenté. On doit aller sur le terrain et discuter avec

Les acteurs. Unités de mesure (Nombre, %, niveau de confiance sur échelle de 5 points

*    CMR – cadre de mesure du rendement.

Il sert à planifier systématiquement la cueillette de données pertinentes permettant d’évaluer et d’illustrer les progrès réalisés dans l’atteinte des résultats escomptés.

 Il assure également  la cueillette régulière de l’information sur le rendement et tient compte du temps réel pour une prise de décision éclairée

Il permet en suite d’élaborer et de contrôler au moyen de consultations avec les partenaires, les autres donateurs, les intervenants locaux et parfois les bénéficiaires.

Notons qu’il est à souligner que les extrants sont obligatoires à tous les niveaux.et qu’on ne doit pas les substituer aux activités.

 

*    Canevas de rapportage des partenaires locaux et volontaires CI

Pour la rédaction du rapport il faut garder en esprit les résultats, faire un protocole financier et un rapport narratif, analyser les risques et énumérer ; difficultés rencontrées ainsi que les recommandations.

Il est souhaitable de faire des rapports semestriels (mi-mandat) que des rapports annuels pour ne pas perdre le fil des activités.

Le formateur a expliqué le canevas de rapportage des différents partenaires et volontaires

En ce qui concerne le renforcement des capacités organisationnelles, il est important de connaitre le mandat des volontaires, afin de travailler avec eux à la réussite de la mise en œuvre d’un projet en particulier ou de la programmation Organisationnelle.

Dans le rapportage, il est nécessaire de donner le nombre exact de personnes qui ont profité des capacités du volontaire (uniquement les bénéficiaires directs).

En guise de recommandations à l’endroit des volontaires, monsieur MOUSTAPHA a insisté sur la nécessité de rendre le rapport avant le départ. Et Le partenaire local doit y veiller.

 

Ensuite, il a procédé à une évaluation de la formation qui dans son ensemble est satisfaisante.

 Pour finir il a été recommandé aux partenaires locaux de toujours faire un plan de suivi et évaluation.