Mme KUWONU Afiwa Kafui

Juriste et Gestionnaire des ressources humaines de formation, Mme KUWONU Afiwa Kafui a des expériences professionnelles et de l’expertise en genre, droit de la femme en lien avec le développement et l’administration publique.

 Mme KUWONU  a occupé des postes de direction dans l’administration publique pendant une vingtaine d’années avant de  rejoindra définitivement le monde des ONG en 2002.  Actuellement elle travaille en tant que Chargée de programme au  Bureau Sous Régional pour l’Afrique de l’Ouest du WiLDAF. A ce poste, elle joue un rôle de premier plan dans les activités de renforcement de capacités aussi bien  des organisations œuvrant pour les droits et l’autonomisation des femmes que des autres acteurs impliqués dans la mise en œuvre des droits des femmes dans la sous région. Elle est responsable pour le reseau du plaidoyer pour l’égalité des sexes, le respect et la jouissance par les femmes des droits qui leur sont reconnus au niveau régional et International. Depuis 2009, elle est la cheville ouvrière de la mise en œuvre des programmes visant l’autonomisation des femmes agricultrices mis en place par le WiLDAF.

 Membre fondatrice du GF2D (Groupe de réflexion et d’action, Femmes, Démocratie et Développement du Togo en 1992, elle fut la Secrétaire Générale de cette organisation de 2006 à 2010.

Elle a participé à la mise en place du réseau  WiLDAF au  TOGO et  fut sa première présidente  de 1999 à 2003.

Elle représente le WiLDAF AO dans le comité de pilotage de GIMAC

 

 

Il faut protéger les personnes réfugiées contre les violences sexuelles et liées au genre

Les gouvernements de par le monde doivent de toute urgence fournir une meilleure protection aux femmes et filles réfugiées, ainsi qu'aux personnes LGBTI réfugiées (lesbiennes, gays et personnes bisexuelles, transgenres et intersexuées), qui sont en butte à de nombreuses violences sexuelles et liées au genre à chaque étape de leur périple, a déclaré Amnesty International vendredi 25 novembre 2016 à l'occasion du lancement de la campagne internationale Seize jours d’action contre la violence liée au genre.

Assistance juridique

Les centres d’écoute

L’une des activités phares du GF2D/CRIFF est le conseil et l’assistance juridique que donnent les parajuristes formés par le CRIFF.
En effet, au cours de leur formation, ces hommes et ces femmes, qui sont des bénévoles et des volontaires du droit, reçoivent des notions essentielles qui leurs permettent de mieux comprendre les cas qui leur sont présentés, d’avoir l’aptitude de déterminer facilement le ou les problème(s) juridique(s) qui sont posés et de proposer des solutions adéquates en se basant sur les textes juridiques de référence.

Ainsi, tous les parajuristes, soit individuellement, soit par binôme ou par réseau, se mettent à la disposition de leur communauté en leur offrant ce service gratuit.

Dans toutes les trente-trois préfectures et sous-préfectures, les six cents parajuristes sont à l’écoute de leurs proches pour les appuyer dans la résolution des différents conflits d’ordre juridique qui les opposent aux tiers.

Les centres d’écoute et d’assistance juridique, dans les préfectures où ils existent, offrent un cadre plus approprié à cette activité.

Qui peut bénéficier des services de la Maison de la Femme ?

Le centre accueille gratuitement toute personne, adulte ou enfant des deux sexes, de toute condition, de tout âge, de toute ethnie, de toute appartenance politique ou religieuse en quête d’information ou sollicitant ses services.

Comment traite-t-on les problèmes soumis ?

Le centre traite des problèmes relatifs à la famille (filiation, autorité parentale, succession, mariage, etc.), à l’état civil, aux violences de tout genre, aux rapports professionnels (rupture de contrat de travail, protection sociale, etc.) et aux rapports des administrés avec l’administration (droits et libertés individuelles, etc.).

Le centre aide ses bénéficiaires à régler à l’amiable et dans le respect des dispositions légales les problèmes ou les affaires qui lui sont soumis. Il privilégie le règlement à l’amiable dans le souci de maintenir et de préserver l’unité et l’harmonie dans la famille et dans la communauté.

Heures d’ouverture et localisations des centres d’écoute

La Maison de la Femme à Lomé est ouverte au public du lundi au vendredi :
Consultations  : le matin de 8h à 12h30 et l’après-midi de 15h à 17h30.
Notez que les médiations se font tous les jours.