Académie de formation des femmes et jeunes filles en leadership politique sur la « la gestion des processus électoraux »

En Afrique, les études sur le genre ont montrées que les femmes sont sous représentées dans l'espace public. Cette sous représentativité des femmes souligne l'existence d'une disparité et d'une inégalité entre les femmes et les hommes dans l'accès à certains statuts sociaux. On s’aperçoit alors que le sexe est le deuxième facteur qui influe significativement sur la participation politique et publique. Les États africains ayant pris la mesure de la problématique se sont engagés à relever ce défi entre autres à travers l’adoption de la Déclaration solennelle des chefs d’État sur l’égalité du genre en Afrique à Addis-Abeba et l’agenda 2063.

Le GF2D lutte contre l’ignorance juridique

Dans le cadre de l’exécution de son Projet de vulgarisation du Code des personnes et de la famille et du Code Pénal » en partenariat avec le Groupe de la Banque Mondiale, le GF2D a démarré depuis juillet 2017 une série de formation sur les réformes du Code des Personnes et de la Famille relatives aux droits de la femme. Cette série de formation s'est respectivement déroulée dans les régions de la Savane, Kara, Centrale, Plateaux et Maritime.

Le GF2D renforce les capacités des para-juristes sur les droits et la protection des enfants

les 27 mars au 29 mars, a lieu l’atelier de formation des para-juristes de la région des Plateaux sur les droits et la protection des enfants à Atakpamé, dans le cadre du « Projet de renforcement de la protection communautaire des enfants en contact avec la loi dans les régions maritime et plateaux ».

 Que ce soit en milieu urbain ou rural, les enfants restent encore victimes de toutes sortes de violences. Elles se présentent sous diverses formes à savoir les châtiments corporels et dégradants, les violences sexuelles, l’abus et l’exploitation, les corvées obligatoires, le trafic… Tous ces sévices portent atteinte à la dignité des enfants en tant qu’être humain. Certains enfants se retrouvent donc en conflit avec la loi et sont, pour certains d’entre eux, placés en détention.  Suite à cette période d’incarcération,  il est à se poser la question cruciale de leur réintégration sociale. Il est important que chaque citoyen et citoyenne puisse disposer des moyens pour contribuer à la protection des enfants notamment en étant un acteur de la lutte contre les violences faites aux enfants.

Plus d'articles...